En partenariat avec Electrosanne Festival, l’association Les Hybrides a souhaité développer la promotion des créations contemporaines liées aux cultures électroniques ainsi que les questions qu’elles soulèvent, et par ce biais, partager son goût commun avec Electrosanne pour la création artistique liée aux nouvelles technologies. Le but de cette action de médiation étant de mettre en relation des publics et le champ culturel ainsi que les artistes et les parties prenantes.

Par cette action, l’association a voulu créer des rencontres entre les différents acteurs de cette création musicale électronique, existante en Suisse romande, et un public. En sensibilisant un public varié de façon transversale aux formes, aux genres et aux usages les plus divers des cultures électroniques, les Hybrides souhaitent, dans la mesure des possibles, inscrire leur action au-delà du territoire prédestiné pour ce genre de culture (club, festivals, etc..) et l’étendre sur un territoire plus large.

Cette action est fondée sur le partenariat avec des structures culturelles engagées à la fois dans la production, la diffusion d’œuvres et la sensibilisation des publics.

Expériences de création sonores :

Durant Electrosanne festival, dix jeunes (de douze à seize ans, séparés en deux groupes avec deux artistes différents) ont eu l’occasion de découvrir les processus de création dans le domaine de la musique électronique. Ils ont découvert l’univers d’un artiste lausannois, ont eu l’occasion de discuter avec lui de ses processus de création, ses techniques et secrets d’inspiration. Ils ont eu la possibilité d’expérimenter certains de ces processus, en créant avec l’artiste partenaire, une œuvre musicale de A à Z.

Lors du deuxième jour, ils ont visité un studio d’enregistrement et participé à l’enregistrement et au mixage de l’œuvre composée avec l’artiste. L’ingénieur du son responsable du studio leur a expliqué son métier et leur a expliqué chaque étape de son travail en utilisant leur création comme exemple. À la fin de cette journée les jeunes sont repartis avec un enregistrement professionnel de leur propre composition.

Voici les deux morceaux créés par les deux groupes et les artistes:

       

Pour finir les jeunes ont visité le festival Electrosanne et ont ainsi eu l’occasion de découvrir le fonctionnement de l’organisation d’un tel évènement et les différents corps de métiers qui oeuvrent pour le festival. Enfin, ils ont vu la prestation de l’artiste avec lequel ils avaient travaillé en direct sur scène et depuis les coulisses.

Les objectifs :

Objectifs pour les participants :

En nous basant sur certains objectifs du PER (Plan d’Etudes Romand) dans le domaine – Arts – Musique, nos principaux objectifs visent à ce que les jeunes puissent :

  • Développer et enrichir leurs perceptions sensorielles
  • Expérimenter diverses techniques musicales
  • S’imprégner du domaine culturel des musiques actuelles et plus particulièrement la création musicale liée aux nouvelles technologies.
  • Développer et stimuler leur potentiel créatif
  • Elargir et développer leur propre mode de représentation, de sensations…

Objectifs pour les parties prenantes :

Par ce projet, Les Hybrides et Fayabash (association organisatrice du festival Electrosanne) souhaitent mettre en place une habitude de médiation culturelle autour des différentes questions que soulèvent les cultures électroniques. L’accès et la sensibilation d’un jeune public aux pratiques cultuelles actuelles nous semblent essentiels. Ce projet servira de projet « pilote » pour la continuité des actions de médiation autour des différentes activités de l’association Fayabash.

Les différentes parties prenantes du projet :

Electrosanne et Fayabash:

Electrosanne est un festival des cultures électroniques qui a lieu chaque année en septembre au centre de Lausanne. Le festival fête en 2015 ses dix ans. À cette occasion, l’association Fayabash, organisatrice du festival Electrosanne, souhaite mettre en place des actions de médiation liées à ses activités et plus généralement aux cultures électroniques. En effet l’association estime que ces dix ans représentent un tournant qu’il faut souligner de différentes manières et notamment par la mise en place d’actions de médiation. Pour Fayabash le but est de mettre en place régulièrement (et pas uniquement pendant le festival Electrosanne) un type d’action de médiation qui lierait le public à la création artistique liée aux nouvelles technologies

Aka Studio Lausanne :

Situé dans le quartier du Flon, au cœur de Lausanne, A.K.A Studio est un studio constitué de deux régies, deux cabines d’enregistrement et d’un espace détente.

L’acoustique conçue par Tom Hidley et son équipement analogique (Neve, Chandler, API, Teletronix, Avalon, Schoeps, Neumann…) et numérique (AVID, Crane Song, Lynx, Waves, Soundtoys, Slate Digital,…) de premier choix en font un lieu idéal pour la production, l’enregistrement et le mixage de tous types de projets.

Les artistes:

SEBB BASH (Lausanne)

Sebb Bash, renommé dans la scène instrumentale de sa Romandie natale, fait ses classes dans le hip- hop des années 90’s. Il collabore d’abord avec Couleur 3 et différents clubs romands, avant de partir s’installer à New York. Travaillant dans le fameux magasin de disques Fat Beats, il produit parallèlement ses premiers sons. Il ne faut pas longtemps aux grands noms du hip-hop pour remarquer le talent du Lausannois, ce qui mènera à diverses collaborations prestigieuses avec des artistes tels que Prodigy, Alchemist, Tony Yayo ou encore G-Unit. Après quelques années à rouler sa bosse dans la Big Apple, ce producteur et DJ retourne dans ses contrées suisses et prend le temps de perfectionner ses compétences. Collectionneur averti de disques, il se plonge alors dans une quête de diversités sonores traversant la musique des années 60’s, 70’s et 80’s. Bien que le hip-hop fasse partie de lui depuis sa découverte en 1984, il passe du temps à regrouper des sons de plusieurs horizons musicaux, apparemment disparates les uns des autres, pour les assembler dans des enregistrements cohérents. Sebb Bash impose aujourd’hui sa propre signature musicale en concoctant des sons puissants au travers de son live composé du meilleur de ses différentes productions originales.

BAUCHAMP (Lausanne)

Leo Ramsey ou plus artistiquement Bauchamp grandit au Rwanda. De retour en Suisse, il excelle en math à l’école et obtient quelques années plus tard une licence en histoire de l’Art. Ses études terminées, bien que la musique soit son grand amour, il entre dans le monde du cinéma pour des raisons financières. Parallèlement à ses performances d’acteurs Il débute son épopée musicale en expérimentant différent styles musicaux, il reste cependant fasciné par les pionniers de la scène electro et lo-fi indie et découvre peu à peu la dance, les raves et la culture clubbing. Après plusieurs années de recherches et expériences musicales ou il mélange percussion centre africaine et techno-funk, electro-noise et même gangsta rap, Bauchamp commence à se produire des 2005 dans des soirées underground et en club hype. Il produit ses premiers morceaux sur Mental groove et Viking music et collabore avec Round Table Knights, le rappeur Suisse Roccobelly et Larytta.

 

Cette action de médiation est soutenue par:

1436792858_vd1434415052_mig